Régression

by Les moutons tondus

/
  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    Purchasable with gift card

      €10 EUR  or more

     

  • Full Digital Discography

    Get all 3 Les moutons tondus releases available on Bandcamp and save 20%.

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality downloads of Régression, Même, and Va chercher !. , and , .

    Purchasable with gift card

      €14.40 EUR or more (20% OFF)

     

1.
Colère 02:38
Tu veux donner l’impression Que tu es tranquille Tu veux donner l’impression Que tu es facile Mais moi je la vois Toute la rage qui est en toi Mais moi je la vois M’a dit le médecin chinois Tu ne dois pas faire payer aux gens tes sentiments Tu ne dois pas faire payer aux gens tes sentiments Ecoute moi J’ai un conseil La colère qui est en toi Perds-la dans les bois Toutes tes pensées amères Noie-les dans la mer J’ai pris le TER En direction de la mer Il n’y a pas d’arbre On dirait le désert Je suis arrivée Dans une ville balnéaire Seule, car c’était l’hiver J’ai marché jusqu’à l’eau Pas de poisson Pas d’oiseau Mais un casino Pas de poisson Pas d’oiseau Mais un casino Tous les éléments étaient déprimants déprimants Tous les éléments étaient déprimants déprimants J’ai repensé A ce conseil La colère qui est en toi Perds-la dans les bois Toutes tes pensées amères Noie-les dans la mer Quand j’ai repris le train, vers Paris, J’ai constaté que le médecin avait raison. Ma colère s’était dissipée. Contemplant la terre nue, A perte de vue, Je pensais aux dauphins.
2.
Tes yeux 03:01
Il y a dans ta voix un nulle part Et tes yeux sont claustrophobes Les poneys peignent leurs crinières Ils hennissent tout en haut des falaises Mais dans mes cieux obscurs et vides Leurs cris explosent en mille étoiles éphémères Tu m’as fait avaler tant et tant d’oursins Que je me suis transformé en coquillage Et maintenant sur le bord du rivage Je ne me suis jamais senti aussi serein Mais de mes pinces de crustacé Je découpe alangui le dernier soleil de l’été Il y a dans ta voix un nulle part Et tes yeux sont claustrophobes Les poneys peignent leurs crinières Ils hennissent tout en haut des falaises Ils ont usé leurs dents sur la pierre Et maintenant ils mâchent du miel
3.
My friend 03:31
I need you I need you I need you and a lover I need you I need you I need you and another lover And it’s never gonna be enough I need you my friend I need you Touloutoutou Touloutou…. I want you I want you I want all of you I want you I want you I want everything you’ve got And it’s never gonna be enough I want you my friend I want you Touloutoutou Touloutou…. I leave you I leave you I leave you and my lover I leave you I leave you I leave you it’s all other Cause it’s never gonna be enough I leave you my friend I leave you Touloutoutou Touloutou….
4.
Elle seule on peut la voir A la mamelle du taureau blanc Elle seule on peut la voir A la mamelle du taureau blanc Elle seule on peut la voir A la mamelle du taureau blanc Elle seule on peut la voir A la mamelle du taureau blanc Il nous semble Couler c’est doux Il nous semble Couler c’est doux Elle a des trous partout Alors qu’elle est pleine de sang Elle vole pendue par les dents Comme un oreiller japonais Elle seule on peut la voir A la mamelle du taureau blanc Elle seule on peut la voir A la mamelle du taureau blanc Il nous semble Couler c’est doux Il nous semble Couler c’est doux Elle seule on peut la voir A la mamelle du taureau blanc Elle seule on peut la voir A la mamelle du taureau blanc Il nous semble Couler c’est doux Il nous semble Couler c’est doux
5.
Autour de nous il y aura un jardin magnifique Où les animaux dormiront dans une quiétude robotique Ils rythmeront nos nuits de leurs mastications voraces Qui feront à nos chants des chœurs impartiaux Puis tu grimperas aux arbres pour observer l’horizon Ils sont si hauts qu’il faut toute une vie pour en terminer l’ascension Moi j’attendrai en perdant la vue que l’âge m’efface Et je disparaitrai en laissant un cri de corbeau Je serai mort en craignant toujours que tu tombes Je serai mort en craignant toujours que tu tombes Nous vivrons certainement au cœur de la forêt Et au milieu de la clairière il y aura une teuf Les animaux viendront de partout dans des camions pouraves Nous verrons tous nos amis, même ceux qui viennent de très lointains pays Tu seras émue jusqu’aux larmes, tu en oublieras presque Paname Et tout ce qui t’avait paru ignoble s’évanouira Tu n’oublieras rien, tu seras juste présente à toi Je serai mort en craignant toujours que tu tombes Je serai mort en craignant toujours que tu tombes
6.
Quand j’entends les moutons tondus, je fais la tête Quand j’allais à l’école, je faisais la tête Quand je vais au boulot je fais la tête Quand tu vois ton patron tu fais la tête Quand je suis en vacances je fais la tête Quand j’embrasse une fille je fais la tête Quand je vois ta tête je fais la tête On aimerait bien pardonner à ses parents Ne pas trop en vouloir à ses enfants Mais on voit leurs gueules Et on leur fait la tête Quand je fais un concert je fais la tête Quand je fais la fête je fais la tête Quand je vois mon salaire je fais la tête Quand je fais la bouffe je fais la tête Quand je vois ta mère je lui fais la tête Et quand je fais l’amour je fais la tête On aimerait bien pardonner à ses parents Ne pas trop en vouloir à ses enfants Quand je vais au boulot je fais la tête Quand je suis en vacances je fais la tête Quand je vois ta tête je fais la tête Quand je fais l’amour je fais la tête Un, deux, trois quatre Quand je rentrerai chez moi, je ferai la tête A mon père et à ma mère, je leur ferai la tête A mon vieux chien qui me fera la fête, je lui ferai la tête, tête, tête, tête, tête, tête, tête, tête, A tous mes aïeux au cimetière je leur ferai la tête Et quand je serai mort je ferai la tête.
7.
Qu’un seul baiser Puisse effacer Tous ceux du passé Qu’un seul baiser Puisse effacer Tous ceux du passé Qu’un seul baiser Puisse t’effacer Je confonds le bruit de mon cœur avec celui De la pluie Je confonds le bruit de mon cœur avec celui De la pluie Et ma vie ressemble A une feuille qui tremble Au-dessus d’un feu Et ma vie ressemble A une feuille qui tremble Car tu feras de moi ce que tu veux Je confonds le bruit de mon cœur avec celui De la pluie Qu’un seul baiser Puisse effacer Tous ceux du passé Qu’un seul baiser Puisse effacer Tous ceux du passé Qu’un seul baiser Puisse t’effacer
8.
Un homme 03:26
J’ai voulu un homme J’ai espéré un homme J’ai cherché un homme J’ai souhaité un homme Jeune jeune jeune Un homme un homme J’ai j’ai j’ai j’ai J’ai j’ai j’ai j’ai J’ai j’ai j’ai j’ai J’ai j’ai j’ai j’ai J’ai voulu un homme J’ai espéré un homme J’ai cherché un homme J’ai souhaité un homme Beau beau beau Un homme un homme J’ai j’ai j’ai j’ai J’ai j’ai j’ai j’ai J’ai j’ai j’ai j’ai J’ai j’ai j’ai j’ai J’ai voulu un homme Je n’ai pas vu d’homme Je me suis enfuie Je me suis enfuie Je je je je Je je je je Je je je je Je je je je J’ai vu une sorcière J’ai vu une sale bête Sale bête sale bête Au feu ! Au feu ! Au feu la sorcière ! Sale bête ! Sale bête ! Au feu ! Au feu ! Au feu la sorcière ! Sale bête !
9.
Issue d’un quotidien psychologique D’une traversée dépressive De ma crise je fais l’esthétique De ma dépression une missive Écoute les mots qui suivent Résultat de longs mois d’inaction D’une profonde décantation intérieure Remise en question de mon parcours De ma diction de ma coupe de cheveux De ma formation J’ai cherché pendant longtemps Qui j’étais au fond vraiment Et dans cette quête d’identité J’ai trouvé des frères des sœurs A qui j’peux ouvrir mon cœur Ce sentiment de fraternité Ça m’apaise dans mon malheur En dédicace à tous les chômeurs De l’intermittence et d’ailleurs Nous coulons Nous pendons Nous nous déféquons Nous justifiant Nous coulons Nous pendons Nous nous déféquons Nous justifiant Nous coulons Nous pendons Nous nous déféquons-quons -quons -quons Nous justifiant On est tout mou Parce qu’on dort beaucoup On n’a pas de courage On n’a même pas la rage On mange de la merde On boit de la merde On fume de la merde On habite dans la merde On baise comme des merdes On sent la merde On est des merdes toutes pourries Toi qui de moi ris Parce que tu travailles Tu as beaucoup de chance Pardonne si ta présence Je la fuis mais c’est qu’elle Constamment me rappelle A quel point je suis nulle J’suis une ratée J’suis une pauv’ merde La société elle a pas besoin de moi Nous coulons Nous pendons Nous nous déféquons Nous justifiant Nous coulons Nous pendons Nous nous déféquons Nous justifiant Nous coulons Nous pendons Nous nous déféquons-quons -quons -quons Nous justifiant Avant je pouvais mentir Aux employeurs je pouvais dire Je suis motivé et compétent Prenez-moi vous serez content A présent que l’évidence De mon destin me saute aux yeux Je veux chanter ma malchance La partager avec tous ceux Qui se sentent concernés J’suis une maison vide d’habitant Un champ en friche délaissé J’suis une femme sans enfant Un réalisateur sans assistant Un arbre dont les fruits desséchés Tombent au sol et pourrissent Dans la vermine et les excréments J’suis un enfant sans maman Un méchant sans vice J’suis un chômeur Un exploité sans exploiteur Nous coulons Nous pendons Nous nous déféquons Nous justifiant Nous coulons Nous pendons Nous nous déféquons Nous justifiant Nous coulons Nous pendons Nous nous déféquons-quons -quons -quons Nous justifiant Je t’aime toi la société qui m’a bercée Je t’aime toi maman j’en ai eu qu’une seule dans la vie Je t’aime toi mon pays toi Paname toi la France Pays de la démocratie des droits de l’homme Tous égaux wech mes frères Tu m’as vue grandir toi maman toi Paname Sache que j’t’oublierai jamais En dédicace à tous les gros loosers A tous les chômeurs longue durée Paix dans le monde Amour Paix Paix dans le monde Peace in the society Amour Paix Paix dans le monde
10.
Vos ruines 03:28
Nous vivrons dans vos ruines Nous mangerons vos restes Car il ne faut rien faire Pendant des millénaires Car il ne faut rien faire Pendant des millénaires Nous laisserons tout aller Nous nous contenterons De ce que vous laisserez Nous laisserons tout aller Et nous imiterons le soleil se coucher Nous laisserons tout aller Quand vous cesserez Nous vivrons dans vos ruines Nous mangerons vos restes Car il ne faut rien faire Pendant des millénaires Car il ne faut rien faire Pendant des millénaires Nous laisserons tout tomber Nous laisserons tomber nos larmes Nous laisserons tout tomber Nous laisserons tomber nos armes Nous laisserons tout tomber Dans vos tombes Dans vos tombes Nous vivrons dans vos ruines Nous mangerons vos restes Car il ne faut rien faire Pendant des millénaires Car il ne faut rien faire Pendant des millénaires
11.
Bam bam 05:16
Alors que tout brûlait dans la rue nous étions éteints et muets Mais maintenant que le calme est revenu le feu nous a entièrement consumés Alors que tout brûlait dans la rue nous étions éteints et muets Mais maintenant que le calme est revenu le feu nous a entièrement consumés Nous creusons dans la terre à la recherche de nos anciens amis Mais nous ne trouvons que des os rongés par des chiens à moitié fous Ils baillent et ils chantent faux Mais de leur regard halluciné, ils charment la violence Et ils nous laissent misérables et inquiets Je dois en apprivoiser un Je bois sa salive et il ferme les yeux Vite, il me mord comme un ami un peu trop possessif Alors que tout brûlait dans la rue nous étions éteints et muets Mais maintenant que le calme est revenu le feu nous a entièrement consumés Alors que tout brûlait dans la rue nous étions éteints et muets Mais maintenant que le calme est revenu le feu nous a entièrement consumés Il me regarde avec mépris Car il ne connaît aucune mélancolie Il ne craint ni la mort ni la vie Est-ce vraiment une chance pour lui ? Je lui tire dessus, bam bam, il s’écroule en éclatant de rire et c’est moi qui m’effondre Je lui tire dessus, bam bam, il s’écroule en éclatant de rire et c’est moi qui m’effondre Je lui tire dessus, bam bam, il s’écroule en éclatant de rire et c’est moi qui m’effondre
12.
Berceuse 03:48
Je veux te veiller jusqu’à ce que tu t’endormes Que tes paupières recouvrent tes yeux verts Je veux te veiller jusqu’à la fin Pour que tu ne voies jamais la guerre Je veux te veiller être ton homme Que tes paupières recouvrent la terre entière Je veux être ta bête de somme Et t’apporter toutes les lumières J’ai rangé mon propre crâne Je sais comment faire de ma vie un enfer Je veux mourir en te donnant mon cœur Ne t’inquiète pas, il n’est qu’un cache misère Mais je veux que tu te souviennes de mon sourire Et que de nos baisers passés tu puisses combattre le pire Je veux être près de toi quand tu dors Et te glisser les mots doux qu’on retient même après sa mort
13.
Amourmeltier 04:08
Ich bin so glücklich Ich bin so glücklich Ich bin so glücklich mit dir, mit dir Ich bin so glücklich Ich bin so glücklich Ich bin so glücklich mit dir, mit dir Dein Kopf ist voll von Tieren, dein Kopf ist voll Dein Kopf ist voll von Tieren, dein Kopf ist voll Dein Kopf ist voll von Tieren, die so süss sind, die so süss sind, die so süss… chtern Mein Mund ist voll von Tieren, mein Mund ist voll Mein Mund ist voll von Tieren, mein Mund ist voll Heute Vormittag sind sie alle draussen in den Wald geflogen Kommst du mit mir die schönen Tiere zu jagen Jetzt kann ich sie in den Fern laufen hören Jetzt kann ich sie in den Fern laufen hören Jetzt kann ich sie in den Fern laufen hören Du fragst : Wie werden wir sie erkennen ? Wie sehen sie aus ? Wie Hirsch oder wie Dachs ? Wie Ente oder wie Lachs ? Wie Hirsch oder wie Dachs ? Wie Ente oder wie Lachs ? Sie sehen aus wie du und ich Sie sehen aus wie Murmeltier Amour, Amour, Amourmeltier Amour, Amour, Amourmeltier Amour, Amour, Amourmeltier Amour, Amour, Amourmeltier

credits

released May 2, 2019

license

all rights reserved

tags

about

Les moutons tondus Paris, France

contact / help

Contact Les moutons tondus

Streaming and
Download help

Report this album or account

If you like Les moutons tondus, you may also like: